SUPER GUIDE

Jouer avec un médiator

Partager :
Download this Guide

Si tu débutes à la guitare électrique ou à la guitare folk, l’utilisation d’un médiator, aussi appelé “plectre” ou “pick” en anglais, te sera indispensable.

Il n’y a que pour la guitare classique à cordes en nylon que le médiator ne sera pas indiqué, car la technique de jeu est très différente et aussi pour des raisons de sonorité.

À part pour la guitare classique ou la guitare flamenco donc, tu devras apprivoiser ce petit objet, capricieux au début, mais tellement utile et efficace, une fois adopté.

Différentes tenues du médiator selon les usages

Beaucoup de choses ont été dites dans des articles antérieurs sur MyGuitare, au sujet du médiator, notamment sur le choix de celui-ci, ses différentes formes, les différentes épaisseurs, les différentes matières dans lesquelles il peut être fabriqué, ainsi que la bonne façon de le tenir, comme dans cet article, si tu veux tout savoir au sujet des médiators.

Pour autant, je vais ici redire certaines choses importantes et aussi ajouter quelques variantes.

S’il y a en effet une bonne façon générale (et une infinité de mauvaises) de tenir son médiator, quelques adaptations techniques sont à tester, selon tes besoins, ton style, le type de partie à jouer.


Le médiator dans un jeu rythmique rock et une attaque soutenue

En rythmique Rock, notamment pour un jeu en cordes étouffées (en “palm-mute”), on aura besoin d’une attaque de médiator assez soutenue, assez robuste.

Il sera alors plutôt conseillé d’utiliser un médiator assez rigide (l’épaisseur et la rigidité sont assez liés, mais la matière, plus ou moins flexible, a son importance, c’est pourquoi je préfère parler de rigidité que de donner une épaisseur conseillée ).

On trouvera en tout cas des médiators plutôt rigides à partir de 0,88 mm d’épaisseur.

Hormis ce paramètre d’épaisseur, c’est la pression de la tenue exercée par le pouce et l’index, qui générera un volume conséquent pour une attaque forte.

En effet, il est possible de nuancer la force des attaques en appuyant plus ou moins fort sur ton médiator : avec une tenue ferme du médiator, tu obtiendras un fort volume sonore, inversement, avec une tenue plus lâche, beaucoup moins appuyée, tu obtiendras un volume sonore très soft.

Le médiator dans un jeu rythmique doux et un son très soft

En opposition à la force des attaques d’une rythmique de Rock, tu auras aussi besoin en jouant au médiator, d’obtenir un son doux, soft.

Pour des rythmiques de Pop, aussi bien sur guitare électrique que sur guitare folk, comme pour des arpèges, ou encore pour faire évoluer l’intensité d’une partie, dans une volonté de crescendo plus ou moins progressif, il sera bon de réussir à jouer tout ce que tu veux, avec un médiator tenu sans le presser trop fort, et sans le perdre

Effectivement, je viens d’évoquer l’inconvénient, le risque majeur d’une tenue de médiator non appuyée, plus lâche.

Surtout lors de balayages un peu rapides et en visant un son soft donc avec une tenue peu appuyée, le médiator pourra avoir tendance à tomber.

Avec l’habitude tu sauras vite “doser” la pression de la tenue et surtout ressentir que le médiator commence à glisser, tu pourras alors développer le réflexe de reprise de tenue du médiator,  que l’on abordera un peu plus bas.

Ne fais pas pour autant l’impasse sur cette option de jeu soft au médiator, car cette nuance d’attaque est très musicale, très utile pour développer un son doux et très agréable.

Si pour l’instant cette tenue plus souple te semble difficile à pratiquer c’est normal, c’est d’après moi l’exercice ultime de tenue de médiator que d’arriver à balayer rapidement les cordes, avec une pression soft sur le médiator et sans qu’il tombe.

Lorsque tu y parviendras, tu seras devenu familier de la pratique du jeu au médiator.

Le médiator pour des rythmiques Pop acoustiques ou électriques “à l’avant bras”

Pour des rythmiques acoustiques ou électriques plutôt pop, des rythmiques “feu de camp” jouées avec un mouvement d’avant bras (charnière au niveau du coude), une tenue du médiator ni trop ferme, ni trop lâche fera l’affaire et pour ces cas précis, une plus grande longueur de médiator sera adaptée : dans cet usage on peut très bien laisser dépasser le médiator du pouce, d’un centimètre environ (au lieu de 3-4-5 millimètres dans d’autres cas).

En effet, si le balancier de l’avant-bras donne une certaine amplitude de mouvement, un certain élan et un certain éloignement des cordes, il vaut mieux éviter de tenir son médiator trop court, sous peine de risquer l’accident de corde aiguë qui passe sous un ongle (ouch !).

Autre raison à ça : on cherche plutôt dans ces cas d’accompagnement, une certaine largeur de son qui sera aidée en utilisant plus de longueur de médiator, mais en le gardant bien en main.

Il ne s’agit pas de faire dépasser le médiator du pouce de deux centimètres, sinon il tombera à coup sûr.

Le médiator dans un jeu solo rapide

En solo, notamment pour des suites de notes assez rapides, tu auras plutôt besoin de “survoler” les cordes, c'est-à-dire d’utiliser la pointe seulement du médiator.

C’est très logique : avec 4 ou 5 millimètres de pointe de médiator “plongés” entre les cordes, tu seras freiné par cette longueur, cette profondeur qui rendra les allers/retours sur une même corde difficiles, et qui n’aidera pas non plus les changements de cordes.

En ce qui concerne l’intensité du volume, il est plutôt fréquent en solo d’avoir besoin d’une attaque assez forte, en tout cas bien définie, assez tranchante.

On peut donc garder l’idée d’une tenue assez ferme et l’utilisation d’un médiator assez rigide, en combinant avec un jeu attaqué avec la pointe du médiator.

Certains guitaristes avertis, notamment en “shredd” utilisent plutôt un mouvement des doigts pour effectuer leurs attaques en aller/retour, mouvement qui concerne plutôt la première phalange du pouce et de l’index, au lieu d’utiliser un geste de poignet.

Pour cette technique aussi, il est bon de savoir doser plus ou moins la force de la pression sur le médiator, même si au début celà semble difficile d’appuyer fermement avec ce geste au pouce et à l’index. 

Le médiator pour faire sortir les harmoniques artificielles 

Si tu n’as pas encore entendu parler des harmoniques artificielles, je te recommande de poser une oreille sur l'œuvre d’Eddie Van Halen, pourquoi pas de Zak Wylde, entre autres.

Je conviens que ces harmoniques perçantes, souvent très aiguës sont plutôt présentes dans des styles hard, voire plutôt heavy metal / metal.

Cette technique difficile à expliquer par écrit, consiste à établir un petit point de contact du bas du pouce qui tient le médiator, sur la corde, juste après l’avoir attaquée et sans l’étouffer, c'est-à-dire sans laisser le pouce en contact trop longtemps avec la corde.

Selon la zone d’attaque sur la corde, des harmoniques (artificielles) apparaîtront, créant des “sifflantes” très aiguës.

Ces sonorités font partie des codes, des composantes du son heavy metal.

Pour cette technique aussi, une tenue ferme du médiator sera indiquée, ainsi que l’utilisation de la pointe seulement du médiator, comme pour la tenue de médiator en mode solo, évoquée juste au dessus.

Que faire du mediator si je dois jouer un passage aux doigts ?

Ce cas de figure peut arriver : je suis en train de jouer une rythmique, ou une partie mélodique (lead) et je dois d’un coup libérer mon pouce pour effectuer une partie en attaquant aux doigts, aussi bien pour un rythme en picking, que pour un arpège par exemple.

Si je n’ai pas le temps, pas de support autour de moi pour poser le médiator et le reprendre ensuite, je peux tout simplement “coincer” mon médiator entre l’index et le majeur, au niveau de la première phalange.

Ceci est faisable avec les doigts tendus, comme avec les doigts courbés (position d’arpège à la main).

Les possibilités de jeu sont un peu plus limitées que si ces deux doigts ne tenaient pas le médiator certes, mais il est quand même possible de faire beaucoup de choses avec cette “tenue”provisoire du médiator.

Plus de possibilités que si l’on gardait son médiator entre le pouce et l’index.


Que faire lorsque le mediator tourne ?

Ce cas est récurrent et pas seulement au début.

On peut être un guitariste assez expérimenté et bien connaître ce phénomène du médiator qui “tourne”.

En général il va tourner “vers le haut”, c'est-à-dire dans le prolongement du pouce, dans l’axe du pouce on peut dire (au lieu de rester à 45° de l’axe du pouce).

Ce n’est pas forcément dû à un défaut technique du guitariste.

Il se peut que dans un jeu assez soft comme évoqué plus haut, avec une pression pas très forte du pouce et de l’index sur le médiator, le phénomène soit favorisé et c’est normal.

Il ne faudrait pas pour autant prendre le parti de presser fort sur le médiator pour remédier au problème, car il en va de la musicalité du passage.

Je préconise plutôt, d’accepter que le médiator tourne un peu par moments et surtout de développer le réflexe de réajustement de l’axe du médiator, par un petit coup du majeur sur l’arrondi du bas du médiator.

Cette astuce sera montrée en vidéo afin d’être parfaitement explicite.

Ce petit geste de l’ordre du réflexe peut venir naturellement avec le temps, mais connaître cette astuce te fera gagner du temps



Que faire lorsque le mediator tombe ?

Eh oui, il arrive aussi que le médiator s’échappe de la main et tombe carrément.

À ce moment-là je ne vois pas d’autre conseil que celui d’avoir prévu le coup en ayant près de toi, en général le long d’un pied de micro, scotché sur le tube à bonne hauteur, plusieurs médiators fixés juste par la pointe.

De cette façon, tu auras le temps d’attraper tout de suite un nouveau médiator afin de continuer et finir le morceau en cours.

Tu as certainement déjà vu des rangées de médiators, justement scotchés sur les pieds de micro sur scène lors des concerts, c’est pour cette raison là.

Comme quoi il n’y a pas que les débutants qui laissent de temps en temps tomber un médiator.

Ah si, il faut dire quand-même que bon nombre de guitaristes profitent de ce “stock” de médiators pour en lancer dans le public, tu verras, ça t’arrivera aussi quand tu feras des tournées devant des publics survoltés.

Mediators à éviter lorsque l’on débute

Si tu es nouveau dans l’utilisation du médiator, je te déconseille tous les modèles trop originaux, trop spécifiques, et tous les modèles "bizarres".

On trouve en effet au “rayon médiators” toutes sortes de curiosités comme les gros formats (triangles équilatéraux appelés “médiator de basse”), comme les tout petits formats en forme de goutte d’eau, ou encore les petits médiators très pointus.

Je te déconseille aussi les médiators très épais (mais très jolis) comme ceux de la marque Dugain, (en os, en bois, en corne, en ivoire, en pierre, en céramique …) car ils sont tous très épais et pas très praticables en rythmique, ce serait dommage que ces modèles ne te donnent pas envie de continuer l’utilisation du médiator.

Plus tard, selon tes besoins, tu pourras apprécier cette marque notamment pour du jeu en solo et pour un son assez velouté, pourquoi pas pour un son Jazz.

Autres curiosités que je ne te conseille pas : les médiators très épais et mous (matière semblable à de la gomme), également les médiators trop fins comme le Jim Dunlop “nylon” 0,38mm qui me semble indiqué dans aucun cas et qui donne vraiment un son de plastique lors de l’attaque.

Je termine avec les médiators que je t’interdis d’utiliser (même avec un port d’arme de catégorie 4...) : les médiators en métal (aluminium, laiton..).

En pendentif, pourquoi pas, mais pour jouer de la guitare, ils sont à proscrire sous peine d’éventrer ta guitare, ou tout au moins d'abîmer très rapidement son vernis, et aussi d’avoir à changer tes cordes à chaque heure de jeu. 



Mediators que je n’aime pas utiliser

Je vais ici te donner mon avis personnel sachant que ça reste mon propre avis qui peut ne pas être très objectif.

Sans parler de curiosité, parmi les médiators couramment utilisés, je n’aime pas la matière des médiators Fender (plastique translucide marron écaillé), ni les médiators Gibson, en plastique noir brillant.

Je trouve les modèles de médiators de ces deux marques (immenses marques de guitares au demeurant) glissants

Au vue des problèmes de tournoiement ou de chutes de médiators évoqués plus haut, il convient de choisir un plastique pas trop glissant et si possible, recouvert de magnésie comme la série “Tortex” de Dunlop.

Je trouve ces médiators plus agréables pour leur tenue plus efficace.


Mediators que je conseille

Pour la guitare électrique je te conseille donc la marque Dunlop, séries “Tortex” ou “Ultex”, car je trouve leur matières parfaitement adaptées à une bonne tenue, ainsi que pour leur résistance à la torsion et à l’usure.

Ces modèles durent assez longtemps et leur prix reste convenable.

Pour la guitare acoustique (folk) je te conseille vivement les médiators “Jim Dunlop nylon”, à partir de 0,73mm(modèle gris clair) jusqu’à 1mm (modèle noir).

Ceux-ci restent bien en main et donnent un son assez neutre dans lequel on n’entend pas trop l’effet plastique.

En terme d’épaisseur, je n’indiquerai pas une épaisseur recommandée pour tout, mais plutôt une fourchette.

Une fois la sélection de la marque et de la matière en fonction de l’usage recherché, je trouve que les médiators que l’on utilise vraiment le plus souvent se situent entre 0,60 pour le plus fin et 1 mm voire 1,14 mm pour le plus épais.

En dessous et au delà on sort un peu des besoins réels par rapport à ce que l’on attend d’un médiator.

Conclusion

Si tous les médiators sont dans la nature, il reste important de choisir des modèles adaptés à ce que tu as l’intention de jouer.

Surtout si tu découvres le jeu au médiator, il est très important de ne pas faire de mauvais choix afin de ne pas te dégoûter de son utilisation, ce serait vraiment dommage tant cet outil est indispensable en guitare rythmique ou mélodique.

Je t’incite aussi à acheter plusieurs modèles, dans des épaisseurs raisonnables, ainsi que plusieurs matières plastique différentes, voire dans plusieurs marques afin qu’à l’usage tu puisses repérer les modèles qui te conviennent le mieux selon les emplois.

Jérôme de MyGuitare

Jérôme nous accompagne pour partager son expérience, ses découvertes et te donner les feedbacks dont tu as besoin.

TU AIMERAS SUREMENT AUSSI

Apprendre l'organisation et les notes du manche de guitare

Metal
Pop
Rock
Blues
Funk
French
Débutant

10 jours pour connaître le manche de sa guitare sur le bout des doigts

Le Blues dans la Peau

Metal
Pop
Rock
Blues
Funk
French
Tout Niveau

Le cours de guitare Blues complet pour tout apprendre: rythmiques, techniques, solos et impros pour tous les blues et toutes les tonalités

Le Métal dans la Peau

Metal
Pop
Rock
Blues
Funk
French
Avancé

Apprends à déchaîner l'énergie et la puissance de ta guitare sur les bons gros riffs emblématiques du Hard Rock et du Métal !